Gerberoy & Beauvais

Ce 20 juin 2019, nous sommes 42 à partir en direction de Gerberoy, petit village classé comme l’un des plus beaux de France. Notre départ s’effectue sous la pluie. Cependant au fur et à mesure que nous approchons de notre but, le soleil fait son apparition pour ne plus nous quitter.

A l’Office du Tourisme, un guide nous attend pour nous emmener dans les ruelles pavées, bordées de maisons en torchis et à pans de bois colorés, où les roses trémières et les glycines se languissent sur les vieilles pierres. Avec un tel décor le village est souvent sollicité pour le tournage de clips et de films.
Située sur une butte, plusieurs fois assiégée, brûlée et démantelée, Gerberoy devra attendre l’arrivée du peintre Le Sidaner, ami des impressionnistes, qui incite les habitants à planter des fleurs devant leur maison, pour devenir cette petite cité réputée.

La maison bleue datant de 1691, les remparts, la tour Charlemagne, les jardins en terrasse et même un mini vignoble sur les hauteurs de la ville lui donnent un cachet bucolique. Surnommée « le village aux mille rosiers », elle en possède 80 variétés pour la plupart anciennes. Sa vieille collégiale du 15ème siècle, abrite de belles stalles ainsi que trois tapisseries d’Aubusson.

A 12h30, nous prenons notre déjeuner à Beauvais dans un restaurant face à la cathédrale Saint Pierre, édifice gothique inachevé, qui nous impressionne par sa hauteur et le blanc éclatant de sa façade.

L’après midi débute par la visite du musée MUDO de style Renaissance, ancien palais des Evêques, qui présente une belle collection de céramiques.

Nous découvrons également une sélection de peintures et particulièrement l’impressionnante toile inachevée «L’enrôlement des volontaires de 1792» de Thomas Couture.

Nous nous dirigeons ensuite vers la Cathédrale dont la construction a débuté en 1225.

Avec une hauteur de 47 mètres, un transept long de 60 mètres, un chœur gothique considéré comme le plus haut du monde (48,50 mètres), elle reste l’un des exemples les plus ambitieux de l’art gothique. Au cours des siècles elle connaît de nombreux problèmes et écroulements.
A l’intérieur nous avons eu le privilège d’assister au fonctionnement de l’impressionnante horloge astronomique, d’une hauteur de 12 mètres, d’une largeur de 5 mètres et de 2,80 mètres de profondeur. Ce chef d’œuvre est composé de 90 000 pièces mécaniques et comprend 53 cadrans. A ses côtés, daté de 1302, se trouve un autre trésor, la plus ancienne horloge à carillon du monde encore en état de marche.

Après une petite pause et une journée bien remplie, vers 17h30, nous prenons le chemin du retour.

Mireille MICHELIZZA et Elisabeth REMY