CHATEAUX DE LA LOIRE : Compte rendu

Malgré une météo plutôt alarmiste, nous étions 36 au départ de ces 3 jours consacrés aux bords de Loire, ses châteaux et ses jardins . 


 
Tous les chemins menant à Rome, nous sommes arrivés comme prévu au château de Chambord où un déjeuner nous attendait dans une des 426 salles de ce magnifique édifice.

Avec ses 156 m de façade, ses 56 m de hauteur, c’est un chef d’œuvre de la Renaissance que nos guides nous firent découvrir partiellement après le repas, histoire de se dégourdir les jambes et de favoriser la digestion. 
Après une visite libre des jardins à la française qui refirent leur apparition au printemps 2017, nous primes la direction d’Amboise où se trouvait notre hôtel.

Les auspices nous étant favorables, c’est sous un soleil radieux que se déroula, le mardi matin, la visite des jardins de Chaumont sur Loire. 



Ces jardins sont visibles toute l’année, mais dans le cadre d’un festival international, libre cours est donné aux concepteurs, de renommée mondiale, à la création de jardins éphémères sur un thème précis ; celui du « paradis » était choisi cette année. 

Les compétiteurs de l’édition 2019 proposent une vision contemporaine alliant avec bonheur vision utopique de cet ailleurs rêvé et inventions de notre temps, tant sur le plan des matériaux que celui des végétaux. 
Nous n’avons pas eu le temps de découvrir les 32 nouveaux jardins, mais nous avons jusqu’au 3 novembre pour le faire. 
La navigation sur le Cher de l’après-midi nous permit de découvrir le château de Chenonceau sous un angle particulier.

 Situé sur la commune de Chenonceaux, célèbre pour sa galerie à 2 étages qui surplombe la rivière, il est surnommé «  le château des Dames », en référence aux différents personnages qui ont contribué à sa construction, ses aménagements et ses transformations ( Diane de Poitiers, Catherine de Médicis, Louise de Lorraine pour ne citer qu’elles). 
Après un arrêt dans une cave et une dégustation diversement appréciés, nous reprîmes le chemin de notre hôtel. 
Mercredi matin : les prévisionnistes de la météo ne s’étaient malheureusement pas trompés. La pluie était bien là. 
Heureusement, la visite de Château de Cheverny ( Moulinsart pour les tintinophiles ) était consacrée surtout aux pièces richement meublées et décorées.

La visite des jardins fut écourtée et certains restèrent un peu sur leur faim, sauf les chiens de la meute, bien entendu. 

Après le repas de midi, Jean-Charles, notre chauffeur, dut affronter une pluie battante pour nous ramener dans nos régions respectives. 

Claude BARAN  & Daniel RAYMOND