Escapade en Eure & Loir : Compte rendu

Nous n’étions peut-être pas tous sur notre 31 pour cette escapade en Eure et Loir, mais ce nombre est bien celui des participants à cette aventure.

C’est sous un beau soleil que nous avons découvert Anet et le château de Diane de Poitiers, favorite du roi Henri II de France. Ce dernier lui fit construire ce magnifique château de style renaissance.

Eure1 (1)Eure3 (1)

Nous avons pu aussi admirer la très belle chapelle à l’intérieur du parc et nous rendre à  la chapelle funéraire pour y découvrir le tombeau de Diane.

Eure4 (1)

La visite terminée, nous nous sommes dirigés vers Dreux pour y déguster un excellent repas servi dans la salle Henri IV de la Chapelle Royale.

Eure5 (1)

Puis vint ensuite la visite de la Chapelle Royale Saint Louis, nécropole de la famille d’Orléans. Les différentes sépultures se répartissent sur deux niveaux et plus de la moitié sont ornées de gisants réalisés par des artistes renommés.

Eure6 (1)

Lors de notre visite, nous avons eu la chance d’y croiser S.A.R le prince Jean d’Orléans.

C’est après une journée bien remplie que avons pris la direction de l’Hôtel à Chartres qui fut, pendant ce séjour, notre lieu de villégiature.

Après une nuit réparatrice, nous avons abandonné notre car et c’est à pied que nous nous sommes dirigés vers la cathédrale Notre Dame de Chartres.

Eure7 (1)

Entièrement consacré à la Vierge Marie, cet édifice religieux, avec ses 176 verrières et une surface totale de 2.600 m2 de vitraux, possède ainsi la plus importante surface au monde de vitraux des XIIe et XIIIe siècles.

Un guide passionné et passionnant nous fit découvrir tous les détails que les profanes que nous sommes ne pouvaient remarquer.

L’après-midi, et toujours à pied, les participants retrouvèrent un peu de leur jeunesse avec la visite du COMPA (conservatoire de l’agriculture).

Mêlant sciences, histoires, techniques et arts, ce conservatoire présente une collection de machines agricoles des années 1800 à 1960 racontant le cycle des opérations.

Que de souvenirs, d’un passé pas si lointain, pour certains

 

Eure8 (1)Eure9 (1)

Mais la journée n’était pas terminée et après le repas, à la nuit tombée, nous nous sommes tous retrouvés devant la porte de la crypte de la cathédrale pour une visite guidée des lieux à la lueur des chandelles. Ce qui, pour certains, pouvait passer comme une partie de « franche rigolade  » se transforma très vite en moment de recueillement ; le ton de notre guide et l’ambiance des lieux favorisant le mysticisme. Nous incarnions, alors, les pèlerins du moyen-âge.

Eure10 (1)

Le retour au sein de la cathédrale, seuls, enfermés, en pleine nuit à la seule lueur des cierges avait quelque chose d’inquiétant et la voix de ténor de notre guide qui testait la résonance des lieux semblait venir d’un autre monde.

La grande porte de la cathédrale s’ouvrit enfin devant nous et nous avons alors assisté aux illuminations de ce monument. Instants magiques qui furent suivis de la visite guidée, en petit train, des autres monuments illuminés de Chartres.

Eure11 (1)Eure12 (1)Eure13 (1)

Minuit allait sonner quand le petit train nous a ramenés à notre hôtel.

Une soirée qui restera gravée dans beaucoup de mémoires…

Le dernier jour de notre escapade nous a permis, le matin, de tout savoir, ou presque, de la fabrication d’une verrière en utilisant la technique du vitrail. En effet le mot vitrail correspond à la technique employée et non pas à l’objet lui-même.

La guide conférencière nous a fait découvrir le processus complet allant de la fabrication du verre à la pose de la verrière.

Cerise sur le gâteau, elle nous a indiqué, de façon très simple, comment dater et reconnaître un « vitrail »

Les styles roman, gothique ou renaissance ainsi que l’apparition du jaune d’argent n’ont plus de secret pour nous.

Le retour à la maison se précisait de plus en plus, et le début de l’après-midi fut consacré à la visite d’une exploitation spécialisée dans la culture des fleurs comestibles.

Nous avons pu en déguster certaines. Quelques plantes possèdent un goût prononcé (par exemple la capucine) mais c’est surtout l’aspect visuel, comme celui de la viola, qui est recherché pour agrémenter les plats.


Eure14 (1)

Aux dernières nouvelles, elles étaient bien toutes comestibles.

 

Claude Baran

Claudie Picard